En cliquant sur "OK" vous acceptez l’utilisation de cookie pour faciliter votre navigation et réaliser des statistiques. Ces cookies ne restent que 1 jour sur votre poste. Cliquez sur le bouton "en savoir plus" pour connaître notre politique de confidentialité.

Souffrance au travail

La question du burnout, du harcèlement ou encore celle des RPS ont été suffisamment médiatisées pour devenir accessibles aux publics, quoique le prix à payer de cette vulgarisation soit une perte de précision de ces concepts.

Les vécus de souffrance au travail, les sensations de fatigue intense, l'épuisement professionnel sont souvent intériorisées par les salariés, soit parce qu'elles sont apparues progressivement, soit parce que l'on vient à se dire que, finalement, « c'est le métier où les choses qui veulent ça », soit parce que c'est les autres qui nous le disent - en ajoutant en général que c'est passager, qu'il faut faire face, qu'il est possible de surmonter.

Les amis, la famille, des collègues, etc. constituent en général nos premiers soutiens ; mais ils sont parfois dans l'incapacité de comprendre la portée du problème.

A terme, c'est le corps qui lâche ou des situation de dépression (au sens littéral, d' « absence de pression », comme si l'on n'avait plus assez d'énergie pour faire face) qui vont de pair avec des maux de dos, de la fatigue intense, une instabilité émotionnelle, etc. Ces troubles s'accompagnent d'une difficulté à réaliser des activités de socialité ou d'épanouissement hors travail (difficulté à lire à passer du temps avec des proches, à prendre plaisir lors des congés, etc.)

amp midictes